La méthode


Comment procéder ? 


Vous pouvez pratiquer la méthode seul en lisant le livre « Festen Mode d’Emploi ».

Plus d’infos

Ou

Vous pouvez choisir un accompagnant qui vous guidera dans ce processus et sera capable de discerner ce à quoi vous n’accédez pas vous-même.

Plus d’infos

Des dizaines d’accompagnants ont été formés par André Charbonnier. Il n’accompagne plus lui-même car aujourd’hui, il se dédie exclusivement à la formation et à la supervision.

Voir tous les accompagnants

Votre accompagnant vous proposera un premier rendez-vous de 2 heures. A l’issue de cette séance, vous saurez quel est votre problème, d’où il vient et comment le résoudre. Vous obtiendrez aussi toutes les informations sur la méthode (fonctionnement, détails pratiques) ; ainsi, vous aurez tous les éléments pour choisir en toute connaissance de cause de poursuivre ou non ce travail de libération. Le travail peut se faire via Skype.


Quels sont les fondements de la méthode ? 


Pour se libérer de la prison de ses propres angoisses, André Charbonnier a conçu la technique de la cérémonie de libération qu’il a nommée le «Festen», en hommage au film de Thomas Vinterberg. Elle est fondée sur différentes grilles d’analyse et de techniques éprouvées, telles que la psychanalyse, la PNL, le travail sur les émotions… Et surtout, sur les expériences d’André Charbonnier qui, depuis sa propre libération en 2001, n’a cessé de conduire des recherches, d’expérimenter, d’améliorer sans cesse le modèle et la technique.

Voici un bref résumé de la méthode qui permet de s’en représenter les fondements.

Si vous souhaitez explorer plus avant ce modèle, vous pouvez écouter les interviews d’André Charbonnier ou vous procurer le livre qui l’explique : « Plus de Peurs que de Mal. »

Une prison mentale

Pour en exprimer l’essentiel, sachez qu’au plus profond de vous est inscrit le besoin absolu de sécurité et d’amour (tout simplement parce qu’à votre naissance, vous étiez en dépendance totale de vos parents pour les obtenir). Vous l’avez inscrit sous la forme suivante : « maman = amour, papa = sécurité ».

Lorsqu’enfant, un de vos parents est défaillant – et que par conséquent vous manquez d’amour ou de sécurité –, vous êtes face à un danger très profond puisque vous manquez de ce dont vous avez absolument besoin.

Pour masquer la défaillance de votre parent, vous vous accusez vous-même de ce que vous subissez. Pour cela, vous créez un mensonge. Par exemple : « Si papa me frappe, c’est de ma faute, c’est que je le mérite. »

Le mental crée vos peurs pour vous protéger

Chaque fois que vous vous accusez de ce que vous subissez, chaque fois, vous créez une peur. Prenons l’exemple où votre mère vous a crié dessus quand vous étiez petit pour un objet cassé. Pour éviter de reconnaître la disparition de son amour, vous avez construit le mensonge suivant : « Si maman ne m’aime plus, c’est parce que je fais mal les choses. » La conséquence est automatique : vous créez la peur de ne plus recevoir l’amour de votre mère si vous faites mal les choses !

Si la chose se répète régulièrement, vous l’inscrivez en vous comme une nouvelle certitude : vous devez bien faire les choses pour recevoir de l’amour !… Et vous voici obligé de faire ce que vous dicte votre peur.

Comment croire à vos mensonges ?

Un petit enfant ne peut croire qu’il est mauvais, qu’il est coupable, tout simplement parce qu’à l’intérieur de lui, il n’est que pureté. Pour y parvenir quand même, il s’appuie sur un fait terrible et désolant : si sa mère manque d’amour, c’est qu’une partie d’elle n’aime pas son enfant. Si elle aimait son enfant à 100 %, elle ne serait que amour. L’enfant transfère cette partie de sa mère en lui ; il prend ce morceau « qui ne l’aime pas ». Celui-ci devient comme une sorte de relais à l’intérieur de lui. Une fois ce transfert effectué, il peut ressentir à l’intérieur de lui cette indignité.

Chaque fois que vous avez subi un manque d’amour ou de sécurité, vous vous êtes accusé de ce que vous avez subi ; chaque fois, vous avez pris un morceau de vos parents pour le déposer à l’intérieur de vous… Et ce sont ces morceaux qui dirigent votre vie ! Vous croyez être libre ? Vous croyez que vous prenez les décisions ? Vous êtes très loin de la réalité.

La cérémonie

Voulez-vous récupérer votre souveraineté ? Plus simplement, voulez-vous cesser d’aller à l’encontre de votre bonheur ? Voulez-vous prendre les décisions qui vous conduiront à votre réussite ? Pour cela, vous devez rendre les morceaux que vous avez pris à vos parents afin de croire à vos mensonges.

Vous réalisez cela lors de votre cérémonie de libération. Le Festen est un rituel, un passage. De tous temps, les rituels ont été utilisés comme une force de transmutation, créant une puissance alchimique, favorisant le passage d’un état à un autre. Les traditions ancestrales en gardent la trace (les rituels de passage à l’âge adulte, par exemple) et aujourd’hui encore, des institutions comme les religions ou les loges maçonniques utilisent leur puissance de transformation.

Si le Festen repose sur des compréhensions relevant des sciences humaines (la psychanalyse, la systémique, les thérapies brèves, la symbolique, l’intelligence émotionnelle, etc.), une part de son incroyable efficacité relève de la magie du rituel.

Ce qui caractérise les rituels est qu’il est impossible de décrire leur effet sans l’avoir vécu. Si vous souhaitez saisir un aperçu de leur puissance, regardez les témoignages et vous en percevrez une partie en ressentant l’énergie qui se dégage de la personne.

Après la cérémonie

Il est difficile de décrire l’état d’être que vous connaîtrez après la cérémonie de libération, d’autant plus que les effets dépendent vraiment de chacun.

Une chose est sûre, vous vous sentirez plus conscient et plus détaché de ce qui, auparavant, vous causait d’intenses désagréments.

Peut-être vous sentirez-vous plus léger, peut-être vous sentirez-vous plus « présent », plus joyeux… Vous connaîtrez sur vous la marque du changement : rien n’est changé et pourtant, tout est changé !

Pour autant, avez-vous atteint votre objectif d’être heureux ?… Eh bien non. Vous sentez encore des blocages, vous éprouvez des frustrations, de l’agacement. Pourquoi en est-il ainsi ?

Les mensonges que vous aviez construits vous obligeaient à vous rendre malheureux et vous interdisaient de vous déployer. Ils étaient votre prison, votre cage, dans laquelle vous étiez enfermé à double tour.

Par la cérémonie, vous avez fait tomber les murs, vous avez ouvert la porte de la cage… Il vous faut maintenant en sortir ! Vous le comprenez avec un exemple très simple : si vous vous êtes libéré de la peur de l’eau, le Festen ne vous a pas pour autant appris à nager !

Le Festen est nécessaire pour vous libérer, mais il n’est pas suffisant. Il n’est pas un objectif, mais une étape.

En vérité, vous commencez à ce moment-là la construction de votre nouvelle vie. Oui, vous allez devoir construire : peut-être apprendre à parler en public, peut-être vous affirmer, peut-être manifester votre confiance, oser, etc.

Soit vous commencerez à bâtir votre nouvelle vie avec l’aide de votre accompagnant, soit vous vous aiderez des messages quotidiens mis au point par André Charbonnier.

Bonheur et intuition

Un des effets les plus funestes des mensonges fut de vous couper de votre intuition. Celle-ci est un canal de perception du monde, différent du canal de votre mental.

Votre mental perçoit le monde au travers des cinq sens ; l’intuition est votre sixième sens.

Il est impossible de la définir (puisqu’une définition est mentale) ; la seule chose que l’on peut en dire, c’est qu’une intuition est toujours juste !

Vous êtes né avec une connexion très puissante à votre intuition. Les mensonges et les peurs vous en ont coupé assez rapidement, puisque vers l’âge de 5, 6 ans, elle a pratiquement disparu.

Faire un Festen, c’est rouvrir la porte vers cette intuition. C’est un apprentissage, comme de réapprendre à utiliser un muscle inemployé depuis très longtemps. La deuxième partie du travail vous permettra de la reconnecter et ainsi, d’apprendre à être guidé au quotidien par une clairvoyance intangible et d’une efficacité parfaite ! Aimeriez-vous prendre la bonne décision à chaque fois ?


Quels sont les résultats ? 


Que pouvez-vous attendre d’un tel travail ? Le plus parlant sera certainement de regarder les témoignages.

Pour le reste, cela dépend certainement de votre situation actuelle. Il est vraisemblable que les résultats dépasseront vos attentes.

Ainsi, quelqu’un qui se faisait dévaloriser régulièrement cessera non seulement de le subir, mais apprendra à s’affirmer pleinement.

Imaginez-vous simplement face à votre accompagnant, lui expliquant pour quelles raisons vous venez le voir… Faites la liste de tout ce qui vous gêne, vous bloque et vous limite dans votre vie… Qu’est-ce que cela vous fait d’imaginer vivre sans ?

Quelques résultats que vous pourriez obtenir :

Supprimer toutes vos phobies.

Cesser de vous saboter.

Vous affirmer.

Faire confiance à votre petite voix.

Vous ouvrir à votre talent.

Vous accepter pleinement.

Vous aimer totalement.

Respecter votre rythme de vie.

Vous faire confiance.

Vous ouvrir à la vie (rire, chanter).

Trouver un travail à votre niveau ou bien créer votre propre activité.

Oser vous lancer.

Traverser la peur d’être abandonné.

Dépasser la peur d’être rejeté.

Cesser de vous plaindre et devenir pro actif.

Passer d’une vie de « oui, mais » à une vie de « oui, donc ».

Vous sentir en sécurité à tout instant.

Mettre de la clarté dans votre vie.

Etre libre du regard des autres.

Prendre conscience de votre puissance.

Etc.