Cette méthode, c’est l’assemblage de ce qui était au fond de moi et dont je ne savais que faire

J’ai expérimenté différentes méthodes de développement personnel, thérapies longues et brèves… Le Festen a été une révélation, l’assemblage de tout et en même temps complètement unique.
La lecture du livre « Plus de peurs que de mal » a été marquante, tout ce que j’avais en moi s’assemblait, tout prenait sens, je me sentais vibrer tout au long de la lecture.
La lecture de « Festen Mode d’Emploi » a été encore plus forte, j’ai beaucoup pleuré.
J’avais une gratitude intense à découvrir que quelqu’un avait fait le job et qu’il transmettait ça.

J’étais à ce moment là paumée, les études que j’avais eu à cœur d’entreprendre ces dernières années résonnaient toutes profondément en moi, et pourtant, je ne trouvais pas l’articulation : la cuisine saine, la médecine chinoise, la naturopathie, la PNL, les essences florales, l’équilibre des émotions… J’avais l’impression d’être partie dans tous les sens. Là, tout s’assemblait, la compréhension, le fonctionnement, la spiritualité, cela devenait clair, je comprenais pourquoi tout me parlait en même temps et qu’il était possible que cela soit cohérent.

Je sentais que cette méthode était pour moi ; l’accompagnement a commencé et ce que je n’avais jamais réussi à articuler était là, c’était ça.
Durant l’accompagnement, j’étais impatiente entre chaque séance : en savoir davantage, être de plus en plus consciente, décortiquer, m’exercer, me planter, réessayer, apprendre encore, m’ouvrir, découvrir. J’adore apprendre.

Après la cérémonie, ce que j’avais lu, étudié, expérimenté et finalement pas intégré, m’était proposé à nouveau, je ne l’avais pas mis en place comme point d’honneur à mon bonheur.
Ce point d’ancrage est là tous les jours, tout le temps. Les rituels font de nouveau partie de mon quotidien ; je les avais simplement mis de côté pour me permettre d’expérimenter une descente aux enfers.
Je tâche aujourd’hui d’être vigilante, le plus souvent possible, je « travaille » à mon bonheur, je m’observe, je me remets en cause.

Cette méthode, c’est l’assemblage de ce qui était au fond de moi et dont je ne savais que faire, sans savoir l’exprimer ni comment faire passer le message…